La numérisation du son va permettre de transformer un signal analogique continu en une suite de valeurs distinctes qui seront traduites dans le langage des ordinateurs, en 0 et 1. Cela consiste à prélever des échantillons auxquels on y associe une valeur d’amplitude.

La première est déterminée par la fréquence d’échantillonnage (exprimée en kHz), la seconde s’appelle la quantification (ou résolution) exprimée en bits.

Fréquence d’échantillonnage

La fréquence d’échantillonnage correspond au nombre de mesures effectuées chaque seconde. Elle est exprimée en kilohertz (KHz). Le signal analogique est ainsi découpé en “tranches” ou échantillons (samples).

Pour vous donner un exemple, la fréquence d’échantillonnage standard des CD audio est de 44,1 kHz, ce qui signifie que chaque seconde de votre enregistrement est composée de 44 100 échantillons.

Pourquoi choisir une fréquence supérieure à 44,1 kHz ?

Les fréquences d’échantillonnages les plus connues sont : 44,1 kHz, 48 kHz, 96 kHz voire 192 kHz. Cette dernière constitue le summum des enregistrements audio haute résolution, le but étant de se rapprocher le plus possible du son utilisé en studio d’enregistrement.
Aujourd’hui et avec le matériel adéquat, désormais disponible à un tarif accessible, tout le monde peut en profiter à la maison.
Veuillez toutefois noter que plus la fréquence d’échantillonnage est élevée, plus vos fichiers audio seront volumineux. Avec des fréquences d’échantillonnage très élevées, cela nécessite également beaucoup plus de puissance de calcul de la part de votre matériel.

Quantification (résolution)

Nous avons vu que la fréquence d’échantillonnage indique donc le nombre d’échantillons par seconde.

Mais combien de valeurs différentes sont possibles ?

En d’autres termes : en combien d’étapes passons-nous de l’échantillon le plus faible à l’échantillon le plus fort ? Cette valeur est déterminée avec la profondeur de bits. Avec la plupart des interfaces audio, vous avez le choix entre 16 bits et 24 bits. Si vous effectuez des enregistrements avec une profondeur de bits basse, vous risquez que les passages les plus faibles disparaissent dans le bruit.

Le bruit  représente tous les sons indésirables que vous ne souhaitez pas entendre : bourdonnements, ronflettes d’alimentation, souffle ou sifflements. Ces bruits ont des origines très variables : qualité des circuits électroniques, vieillissement des composants, mauvais filtrage dans les circuits d’alimentation, souffle dû au bruit de surface des bandes magnétiques.

Plus la profondeur de bits est élevée, plus vous bénéficiez de précision et donc d’un enregistrement plus fidèle avec moins de bruit.

La profondeur de bits standard pour les CD est de 16 bits, ce qui donne une plage dynamique de 96 dB. Il s’agit d’une amélioration considérable par rapport aux cassettes (+/- 80 dB), mais pour les studios, le 24 bits est la norme pour l’enregistrement haute définition. Avec les 144 dB obtenus dans la plage dynamique, il n’y a plus à se soucier du bruit que le support numérique vient ajouter au signal.

Équivalence

1 bit <=> 6 db (décibels)
8 bits = 48 db
12 bits = 72 db
16 bits = 96 db
24 bits = 144 db
32 bits = 192 db